LA PARENTALITE

Aborder la question de la famille est un exercice difficile. Le risque est grand de s’enfermer dans une dichotomie simpliste du discours sur les valeurs. Accueillir la famille, à la maison des parents, réside dans la capacité de changement encore mobilisable pour chaque famille : travailler ensemble d’autres solutions, de nouvelles possibilités d’ajustements et d’agencements auxquels les familles se refusent souvent, par peur que le changement entraîne des modalités de réponse qu’elles jugent inadaptées ou trop inconnues pour prendre le risque.

Le travail avec les familles est aussi et peut être avant tout un accompagnement serein vers une évolution. La cellule familiale a connu de profondes transformations : la diversification des formes familiales, le développement des familles monoparentales et recomposées. La question éducative est de plus en plus au cœur de la problématique familiale. Les parents sont les premiers éducateurs de leur enfant. C’est bien dans la famille, en effet, que se trouve une grande part des compétences, les ressources de la confiance et de l’attachement qui permet à l’enfant de grandir.

Quoi qu’il en soit des influences familiales qui nous ont marqués, la famille d’origine a été pour chacun une véritable pépinière, une terre nourricière, un séminaire au sens premier du terme, c’est-à-dire un lieu ou germe et croissent les jeunes pousses. Quel que soit le type de famille étudié, les transmissions de génération en génération supposent une réelle dialectique entre l’attachement et le détachement vis-à-vis de ses parents.

Depuis le milieu des années 1970, le « modèle » familial français est traversée par de profondes mutations : la famille est à la fois moins féconde, de moins en moins instituée (50% des enfants naissent hors mariage), plus instable (un couple sur trois divorce), plus souvent « bi-active » (avec la généralisation du travail des femmes), plus souvent confrontée à la précarité et au chômage également (en 2010, 19,6% des moins de 18 ans vivent dans un ménages pauvre).

Les figures de la famille contemporaine se diversifient avec de nouvelles déclinaisons : famille monoparentale, famille recomposée, parents homosexuels. 

Le néologisme « parentalité », à l’origine issu du vocabulaire de professionnels (pédopsychiatriques, sociologiques, juristes…), est entré progressivement dans le langage commun et le débat public.

En effet, être parents renvoie à une relation juridique fondée sur la généalogie et l’alliance, tandis que la parentalité caractérise un simple état de fait : être en charge d’enfants, avec ou sans liens juridiques ou biologiques. La parentalité, comprise comme le fait d’être parent(s) quelle que soit la singularité des trajectoires personnelles, et ce qui est appelé à survivre lorsqu’un couple se sépare.

Il s’agit avant tout de tenter à comprendre, avec les familles les moments signifiants de leur vie. Comprendre c’est déjà faire une lecture nécessaire et prendre de la distance avec ce que l’on risquerait d’imaginer à tort.

L’indice conjoncturel de fécondité passe de 2,91 à la fin des années 60 pour atteindre 1,75 après 1975. A partir de 1995 la tendance s’inverse : le niveau de 2 enfants est atteint en 2008 (rapport IGAS). En 2010, 19,6% des enfants de moins de 18 ans vivent dans des ménages pauvres avec des pointes élevées : les familles monoparentales (taux de pauvretés de 32,2%) et les familles nombreuses (taux de pauvreté des couples avec moins de trois enfants de 22,7%). Source : DRESS

Une famille sur 5 est monoparentale en France en 2011. 3 millions de jeunes de moins de 25 ans sont élevés soit par leur père, soit par leur mère.

En 2011, 1,6 millions d’enfants vivent dans une famille recomposée. Source :INSEE

 Une logique de prévention 

Le soutien à la parentalité inscrit son action dans une perspective de prévention, conformément à la Loi de réforme de la Protection de l’enfance du 5 mars 2007.

Il est de plus en plus fréquent de rencontrer des parents démunis dans leur propre capacité d’éducation. Par ailleurs l’éloignement géographique des familles surtout lorsqu’elles sont obligées de quitter leur bassin de vie pour accéder à l’emploi leur fait perdre peu à peu les liens de proximité leur assurant un soutien de leurs propres parents et famille.
De fait, la parentalité recouvre un ensemble de compétences qui peuvent être renforcées par une action s’adressant au plus grand nombre des familles, dans une perspective d’appui individualisé et collectif. Il s’agit d’accompagner et de soutenir les parents marqués par une précarité où la compréhension même de la responsabilité parentale et de ses implications concrètes au plan juridique, moral et éducatif apparaît parfois mal intégrée.

ADRESSE

12 B rue du Professeur Deperet
69160 Tassin La Demi Lune

EMAIL \ WEBSITE

rayon.soleil.siege@asso-rds.fr www.rayon-soleil-enfance.fr

CONTACT & INFORMATIONS

04 81 13 01 60