Le projet intergénérationnel des Lavandes


Construits en 1983, les bâtiments de la maison d’enfants ne sont pas aux normes actuelles et ont besoin d’être réhabilités ou reconstruits.

La résidence pour personnes âgées, l’Oustalet, gérée par l’association Le Châtelas, sise au centre du village de Bourdeaux, rencontre la même problématique.

C’est cette nécessité commune qui, après plusieurs années de réflexion, a conduit à la réalisation du Projet intergénérationnel des Lavandes.

 

La philosophie du projet


Le projet intergénérationnel autrement dénommé « Projet des Lavandes » est le fruit d’un travail commun entre l’Association le Châtelas et l’Association Rayon de Soleil de l’Enfance du Lyonnais.

Le Projet des Lavandes s’est offert aux acteurs du territoire comme allant de soi : En effet, la petite unité de vie pour personnes âgées autonomes l’Oustalet et la Mecs <le Rayon de soleil de Bourdeaux, disposent d’un ancrage historique sur la commune de Bourdeaux. Ces deux associations partagent des valeurs communes fondée sur la solidarité et l’altérité aux origines même de leurs projets associatifs et qui se déclinent quotidiennement dans la pratique de leurs professionnels.

L’idée du projet des Lavandes naît d’une conviction partagée que la relation entre les générations est porteuse tant pour les personnes âgées que pour les enfants ou adolescents.

La relation intergénérationnelle pourra permettre à la personne âgée de renouer des liens humains et d’échanger. La joie naturelle des plus jeunes a un effet positif sur l’humeur ; il est difficile de rester insensible au sourire d’un petit.

En outre, participer à des activités communes invite à reprendre une activité physique de manière presque inconsciente. Les conséquences positives physiques s’accompagnent d’améliorations neurosensorielles et cognitives : le simple fait de répondre aux multiples questions des enfants permet au cerveau d’exercer une activité enrichissante. Leur présence fait revenir les souvenirs de notre propre enfance et donne envie de raconter des histoires, ce qui est un très bon effort de mémoire.

La présence d’un petit a aussi des effets extrêmement positifs sur l’estime de soi. S’occuper d’un enfant permet de se sentir utile et c’est une activité particulièrement gratifiante. Il est important pour tous de sentir que – même si on a soi-même besoin d’aide sur certains aspects du quotidien, on est encore capable de rendre service et de prendre soin des autres.

C’est aussi un moyen très simple pour les personnes âgées de moins se sentir isolées. Par ailleurs, le regard d’un jeune permet de se décentrer de ses soucis du quotidien, pour vivre l’instant présent avec quelqu’un qui n’a aucun a priori sur la personne en face de lui.

Les vertus d’une telle initiative intergénérationnelle sont nombreuses aussi pour l’enfant. Il trouvera en la personne âgée quelqu’un qui a le temps et la patience de l’écouter, de prendre du temps pour lui. C’est une expérience qui aide donc à l’épanouissement psychologique et à la valorisation sociologique d’un petit. Souvent, il sortira plus apaisé d’un moment partagé avec des aînés qui eux, au contraire, sont dynamisés par cette expérience.

Une personne âgée va pouvoir partager ses expériences et ses souvenirs avec la nouvelle génération, et leur faire l’apprentissage des choses qu’elle connaît. Naturellement baignés dans un monde très moderne, les jeunes apprennent ainsi du passé, que ce soient des valeurs, des croyances, du savoir.

Il est également important pour un enfant d’apprendre tôt à être en contact avec la vieillesse et éventuellement le handicap. En effet, les visions stéréotypées négatives que les gens peuvent avoir sur la vieillesse se forment quand on est jeune. Mélanger les générations permet aux petits de grandir avec une vision positive du troisième âge.

 

De la philosophie à la réalisation


Première pierre

Jeudi 25 novembre 2021 a été scellée la 1ère pierre du projet intergénérationnel des lavandes en présence d’une nombreuse assistance qui prouve l’intérêt et l’attachement que portent les habitants du Pays de Bourdeaux à ce projet innovant.

En présence également des 3 anciens directeurs, directeur général et directeur adjoint, qui ont succédé à Mme Merzeau, la fondatrice, mais aussi du directeur général et de la directrice adjointe actuels, des 3 derniers présidents de l’association de Bourdeaux.

En présence aussi de personnalités qui ont soutenu le projet directement ou indirectement : Thierry Didier, maire de Bourdeaux, Anne-Laure Venel, directrice de DAH (Drôme aménagement habitat) constructeur du projet, Betty Pierzo, présidente de l’association Le Châtelas (maison de retraite), Jean-Philippe Sourioux, président de l’association Rayon de soleil de l’enfance du Lyonnais, Mme la présidente de l’ADMR de Bourdeaux-massif de Couspeau, Lydia Adam, présidente de la fédération ADMR de la Drôme, Geneviève Morénas-Morin, vice-présidente de la Communauté de communes Dieulefit/Bourdeaux, Corinne Moulin, conseillère départementale du canton de Dieulefit, Célia de Lavergne, députée de la 3ème circonscription de la Drôme, Guillaume Thirard, sous-préfet de la Drôme, Mme Jourgeon-Reyne, directrice générale adjointe en charge des Solidarités au Département de la Drôme, et d’autres encore…

ADRESSE

12 B rue du Professeur Deperet
69160 Tassin La Demi Lune

EMAIL \ WEBSITE

rayon.soleil.siege@asso-rds.fr www.rayon-soleil-enfance.fr

CONTACT & INFORMATIONS

04 81 13 01 60